lundi 14 juin 2010

Braindead.

Pour écouter du Autechre, c'est toujours le même rituel. D'abord, il faut s'installer confortablement, étendre ses jambes. Ensuite, il faut trouver un casque de bonne qualité, qui englobe bien l'oreille. Il faut mettre le son à un niveau assez élevé, puis appuyer sur "lecture". Advienne que pourra, ensuite.

Pourtant, cette fois-ci, on est en droit de se poser plusieurs questions. Une deuxième livraison de Autechre en une année, c'est louche. D'habitude, quelques années séparent chaque sortie, même si il n'est pas rare qu'un maxi suive un LP. Enfin, un maxi de dix titres après Oversteps seulement quelques mois après avoir digéré la nouvelle fournée... Deux réponses aux interrogations, l'une étant plus inquiétantes que l'autre. Move of Ten ne serait fait que des chutes de Oversteps, des titres livrés trop tard, ou qui n'auraient pas collé avec le disque de mars. Ce serait décevant, mais bon, il semble quand même difficile d'imaginer du Autechre raté. Même des chutes devraient éclater la tête.
La deuxième hypothèse est bien plus inquiétante. Rob Brown et Sean Booth auraient trouvé "leur" son, leur recette, et ainsi, ils seraient passé outre tous les doutes existentiels du musicien, leur imagination n'aurait plus jamais rencontré de difficulté et c'est l'autoroute de la production non-stop. Comprendre la fin d'Autechre. Ce qui en faisait la force, justement, c'était cette fuite en avant, cette perpétuelle évolution, sans pour autant rompre avec une certaine logique. Autrement dit, à partir de 2010, Autechre comme les Chemical Brothers : on boufferait toujours le même disque.

Alors, il est comment ce nouveau maxi d'Autechre ? Comme du Autechre, désarticulé, violent, aux ambiances malsaines et pesantes, aux envolées effrayantes. Un chaos total d'où jaillissent quelques mélodies et quelques lignes de basse. Move of Ten est beaucoup plus percutant qu'Oversteps, qui brillait par sa complexité, sa longueur et ses silences. Ici, point de temps d'arrêt, juste un magma électronique difficile à dénouer, mais sans jamais perdre de vue le but ultime : faire danser les synapses.
Finalement, Move of Ten se rapproche des concerts d'Autechre. Plus violent qu'Oversteps, plus désarticulé aussi, mais avec un son semblable. Un peu comme le Broken de Nine Inch Nails après un Pretty Hate Machine.
Move of Ten n'est donc pas fait de chutes, ni le fruit d'une recette appliquée. C'est une suite logique, sans redondances.

Warp sort Move of Ten d'Autechre le 12 juillet, mais la magie d'internet fait qu'on l'a en avance. Un clic sur la pochette comme d'habitude, pour cinquante minutes de braindance imparable.

5 commentaires:

  1. Si la production non-stop c'est la mort de la recherche de la nouveauté, que dire de Phil Elverum?
    C'est vrai que quand j'ai vu ça j'ai été assez perplexe: sortie rapide, pochette très semblable à Oversteps... Bref, je vais l'écouter de ce pas.

    RépondreSupprimer
  2. "Un peu comme le Broken de Nine Inch Nails après un Pretty Hate Machine" ah ouais carrément :)

    Bon, ressenti similaire au tien après une première écoute qui a écarté toute possibilité de déception. (En revanche, j'ai l'impression que nos textes vont beaucoup se ressembler si j'écris dessus^^).

    RépondreSupprimer
  3. Il est vraiment bon, je dirais même bien meilleur que le précédent. Je le trouve pas si violent que ça après plusieurs écoutes, plutôt un univers froid, et les touches d'acid house par moment sont assez folles (Y7 ou M62 notamment).
    Ce qui est génial avec Ae c'est que plus j'écoute un album moins je le trouve chaotique, déstructuré, comme si tout s'imbriquait au fil des écoutes.

    Par rapport à tes hypothèses, je vois plus Oversteps comme un Quaristice abouti, sans le côté frustrant et Move of Ten plus proche de Confield (en moins abstract) ou de l'EP7 voir Draft 7.30.
    En tout cas, Oversteps et MoT sont très différents et ça m'étonnerait que ce dernier soit des chutes du précédent et encore moins un "son" reproduit à la chaine. Ils produisent juste énormément mais ne diffusent pas grand chose (comme Aphex qui a besoin de plus de 200 tracks pour faire un album!).
    Enfin de toute façon je suis incapable de dire du mal d'Ae...

    RépondreSupprimer
  4. Je le préfère à Oversteps aussi je crois, après plusieurs écoutes.

    RépondreSupprimer
  5. Autechre à côté de Chemical Borthers, ça pique. Sinon je suis d'accord sur le fait que Move Of Ten se rapproche de ce que le duo fait en live.

    RépondreSupprimer