jeudi 17 février 2011

Unstoppable.

2011, année Sonic Youth ? Pas réellement. Ou plutôt une année Thurston Moore. Parce qu'en déjà trois sorties, pas un mot. Pas un mot de Kim Gordon, pas un chant. Rien du tout, juste de la guitare. Et encore de la guitare. C'est donc plus le Sonic Youth expérimental et insatiable. Jamais ils ne s'arrêteront. Jamais Thurston Moore raccrochera ses guitares, il les garde entre les bras, et enregistre à peu près tout ce qu'il joue.

Le problème de cette boulimie est simple à comprendre. A force de tout enregistrer et de tout sortir, de tout partager, on pourrait se lasser. Surtout avec un son si typique, avec une personnalité si forte. Puis, Thurston Moore a beau être proche du génie créatif, il doit bien avoir des passages à vide et enregistrer des titres moins bons que d'autres. On pouvait même s'inquiéter, et dire que Sonic Youth faiblit - voire vieillit ! - avec The Eternal et sa pop doucement amère. Mais ce serait assez égoïste, en fait. Thurston Moore ne joue pas de la musique pour nos oreilles, mais pour les siennes. Et on les sait doucement tordues, ses oreilles. Alors qu'il enregistre tout, c'est son problème. Qu'il le partage ensuite, c'est le notre. Et on en fait ce qu'on veut, de sa musique. Que ce soit du bruit ou un album acoustique.

Oui, acoustique. Encore un acte d'amour pour la guitare, à douze cordes cette fois, où Thurston désaccordera de plaisir les sons, inventera des thèmes qui sonne comme du Sonic Youth, mais sans Sonic Youth. Encore de la dissonance, cette fameuse dissonance qui, à force de l'entendre et d'en jouir, devient normale à l'oreille, elle ne dérange plus du tout, elle est logique et ancrée dans les cerveaux. C'est juste un autre mode de s'exprimer par la guitare. Un album dédié à Jack Rose, croisé de la guitare acoustique expérimentale, lui aussi, et ancien membre du groupe de drone Pelt. Les chiens ne font pas des chats. Ou l'inverse.
Bien sûr, l'intérêt d'un tel album est réduit, et destiné aux adeptes les plus hardcore de ce moyen de communication. Mais ne boudons pas notre plaisir, nous, membres de la secte de la dissonance jouissive.

Thurston Moore est infidèle et onaniste, il trompe son groupe pour faire la même chose seul, juste avec un autre matériel. Ça sort sur l'obscur label Vin Du Select Qualitite et ça s'appelle VDSQ Solo Acoustic Volume Five : 12-String Meditation for Jack Rose. Et si ça continue, va falloir un véritable album de Sonic Youth.

2 commentaires:

  1. Oui, tu en avais déjà touché un mot sommaire! Je vais suivre ton conseil...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai essayé, et j'ai pas réussi. Ecouter un mec qui s'acharne sur une guitare désaccordée c'est au dessus de mes forces. C'est comme quand on veut faire la grasse mat et que le voisin d'à côté a oublié de débrancher son réveil. On espère pendant longtemps que quelqu'un va l'arrêter pour pouvoir dormir, mais en vain. Là j'ai espéré pendant tout l'album que Thurston Moore réaccorde sa guitare, en vain. Je passe donc.

    RépondreSupprimer