jeudi 13 mai 2010

La momie.

C'est pas parce qu'on en parle jamais ici qu'on ne voue pas un culte à Radiohead. C'est du bon sens d'ailleurs. Radiohead est prodigieux parce que Amnesiac, entre autre. Radiohead reste le concert le plus impressionnant que j'ai vu de ma vie toute entière. Même s'ils s'essoufflent aujourd'hui et que les nouveaux morceaux n'annoncent pas grand chose de rassurant. Mais gardons espoir. Enfin, Radiohead peut insupporter. C'est tout à fait concevable. Thom Yorke geint sur des structures qui semblent simples alors qu'elles sont complexes. Mais là n'est pas le propos. D'une certaine manière, Pyramids, est le pendant extrêmiste de Radiohead. Plus de complainte, plus ambiant, plus jusqu'au-boutiste.

Et ça peut sembler tout à fait indigeste aux premières écoutes. Mélanger une boîte à rythme bancale, du shoegaze pur (vive la reverb !) et des nappes de sons étranges avec une voix à la Sigur Ros ou à la Thom Yorke, ça peut faire peur. Pourtant, le mélange prend bien. On y entend du Jesu, du Radiohead bien sûr. Mais Pyramids met un mur devant ses mélodies, un mur d'effets, un tourbillon de guitare qui ferait passer Kevin Shields pour un enfant de cœur. Au point ou cette musique ne forme plus qu'un ensemble dense et compact. On ne distingue plus les instruments, les différentes pistes. Juste un magma de son qui alterne entre violence, bruit et pure beauté, envolée lyrique et saccage industriel. Ces gars-là sont pas nets et aiment le hachis parmentier musical. Ils mettent de tout dans un même morceau. Et ce qu'ils ont pas pu mettre, ils le mettent dans le morceau suivant. Un délire complètement lunaire et, même si ce mot veut rien dire, "planant". Ce qui reste le plus impressionnant étant le son de ce disque, dense et massif. Du shoegaze au sens le plus noble du terme, de l'expérimentation poussée jusqu'au bout et un son dantesque qui peut parfois s'apparenter à un avion qui décolle, mais sans jamais oublier que cet volonté d'innover est au service de la mélodie et de l'ambiance. Beau comme raz-de-marée.

Pyramids en sortant son éponyme en 2008 chez Hydra Head (le label de Jesu, Isis ou Pelican) montre à Radiohead qu'ils peuvent encore aller plus loin.
Et ce qui me permet d'insister sur un point très important (vu les quelques similitudes entre les deux groupes) : le dernier Emeralds, Does it look like I'm here ? est colossal et il faut l'écouter oh que oui oh que oui. Un des tous meilleurs disques de l'année facile.

2 commentaires:

  1. Etrange, j'étais justement en train de rechercher cet album.

    RépondreSupprimer